Accueil

CONSTRUIRE ENSEMBLE UNE EUROPE
FRATERNELLE 

AVEC LES CHRÉTIENS ET TOUS LES HOMMES DE BONNE VOLONTÉ

S'informer

Les inspirateurs
- Les saints patrons de l'Europe
• Saint Benoît
• Catherine de Sienne
• Édith Stein

- L'Église
• L'influence chrétienne
• COMECE
○ Cardinal Marx
• Le Vatican et l'Europe
• J-Paul II et l'Europe

- Les hommes et femmes politiques
• Pervenche Berès
• Sylvie Goulard
• Alain Lamassoure
• Jacques Delors
○ Entretien journal Les échos
○ Institut J. Delors (15-07-13)
○ Institut J. Delors (27-06-13)


Les institutions et leurs dirigeants
- Les Pères fondateurs de l’Europe
• Robert Schuman, père de l'Europe
○ Ce que l'Europe lui doit

- Présidence du Conseil Européen
• Discours
• Herman VAN ROMPUY

- La Commission
• Communiqué de presse
• Discours sur l'état de l'union
• Lettre de M. Barroso
• Projet 2010 à 2014

- Le Parlement
• Journée de l'Europe
• Vision à long terme


La société civile
- Les mouvements, communautés et associations
• Notre Europe
○ Parachever l'Union
○ Renforcer l'UEM
○ Construire l'Europe
○ Programme
• Fondation R. Schuman
○ Hommage
• ME-F
• CEP
• Sauvons l'Europe
• Ensemble pour l'Europe
• Initiative de chrétiens pour l'Europe
• Centre européen R. Schuman
• Communauté Sant'Egidio

- Les responsables engagés
• Andrea Riccardo

- La Presse
• Laurent Joffrin

Personnalités de référence
• Stefan Zweig






Contact

- Les pères fondateurs de l'Europe

ROBERT SCHUMAN,
LE PÈRE DE L’EUROPE



† UN GRAND HOMME D’ÉTAT ?

Ses partisans ont constamment souligné ses qualités d’homme d’État ; avec le recul du temps, est-ce confirmé par les historiens ? A-t-on mis en évidence de nouvelles facettes de cet homme politique atypique ?

  • Robert Schuman apparait vraiment comme un homme politique atypique ; d’abord, il n’était pas dominé par un appétit carnassier de conquête du pouvoir ; il a été homme politique par désir de servir  ; sa vision providentialiste de l’Histoire l’avait convaincu qu’il était l’instrument privilégié d’un dessein qui le dépassait.

  • Robert Schuman a été ouvert sur l’avenir : il a innové et posé les fondements d’une œuvre créatrice.

  • Sa méthode a été celle des petits pas s’inscrivant dans une vison à long terme ; à soixante ans, cet homme qui était encore un inconnu fut saisi par l’histoire qui lui confia un rôle dont il n’avait pas pressenti la portée ; à partir de 1947, l’Europe s’était trouvé placée dans une conjoncture internationale inédite dans laquelle une politique européenne devenait de l’ordre du possible.

  • Il fallait avoir l’intelligence d’en saisir les virtualités et l’esprit de décision pour le mettre en œuvre.

  • Schuman a été le ministre qui a osé avec lucidité et détermination, prendre la responsabilité d’une politique européenne.

  • La construction européenne s’avère une route longue, incertaine, une route de petits pas ; R. Schuman a d’abord engagé le processus d’une pacification durable de l’Europe des nations.

† UN HOMME EXCEPTIONNEL ?

Plusieurs témoignages concordent sur les affirmations suivantes ; sont-elles justes ou parfois trop hagiographiques ? Y-a-t-il des aspects de sa personnalité méritant d’être mieux connus ?

  • Sa vie personnelle est très peu connue pourtant elle explique dans une large mesure son parcours politique ; son origine lorraine, sa culture franco- allemande tout à la fois juridique et philosophique, son bilinguisme, sa foi très profonde ont fortement influencé ses orientations politiques et ses décisions.

  • Homme très modeste, il ne mettra pas en avant ses très grandes capacités intellectuelles nourries de l’étude Saint Thomas d’Aquin, de Jacques Maritain, de Marc Sangnier et de Maurice Blondel.

  • Totalement désintéressé, sans ambition politique, il réussira sous la quatrième République a être successivement Ministre des Finances, Président du Conseil, plusieurs fois Ministre des Affaires Etrangères, puis Ministre de la Justice et enfin, premier Président de Parlement Européen.

† UN SAINT EN POLITIQUE ?

Son parcours de chrétien tant au niveau de sa vie personnelle que de sa vie publique soulève inévitablement la question de la cohabitation possible entre le respect des principes chrétiens et les nécessités imposées par la vie politique.

  • La politique peut-elle être un chemin de sainteté ? C’est difficile à croire, la politique n’est-elle pas le lieu de toutes les compromissions, le domaine par excellence des combinaisons douteuses ? Pourtant, Robert Schuman jugeait naturel de trouver dans sa foi et dans la doctrine sociale catholique la source de l’idéal de liberté et de fraternité qui inspirait sa vie d’homme politique.

  • Par ailleurs, les relations extérieures ne sont-elles le domaine privilégié du cynisme en politique ? la sauvegarde des intérêts nationaux passe pour légitimer ce qui serait inadmissible ailleurs : le mensonge, le chantage à l’emploi de la force, la violation des engagements pris.

  • Peut-on se fier aux témoignages affirmant que Robert Schuman a été un ministre des affaires étrangères qui s’est toujours refusé à pratiquer de telles méthodes ? Sa vie a-t-elle été conforme à ses convictions et sa spiritualité a-t-elle vraiment été le vrai moteur de son action ?

† UN PROPHETE POUR SORTIR L’EUROPE D’AUJOURD’HUI DE LA CRISE ?

Dans son unique ouvrage «  POUR L’EUROPE » , Robert Schuman a rassemblé les principales réflexions et les principales déclarations exprimant les principes qui guidaient son action : Peut-on s’en inspirer pour sortir l’Europe de la crise ou faut-il chercher d’autres prophètes ?

  • Faire preuve tout à la fois d’audace mais aussi de réalisme, de fermeté mais aussi de persévérance : « Les dures leçons de l’histoire m’ont appris à se méfier des improvisations hâtives, des projets trop ambitieux mais elles m’ont appris également que lorsqu’un objectif mûrement réfléchi, basé sur la réalité des faits et de l’intérêt supérieur des hommes, nous conduit à des initiatives nouvelles, voire révolutionnaires, il importe, de nous y tenir fermement et de persévérer ».

  • Faire preuve de patience et de ténacité : « L'Europe ne se fera pas en un jour, ni sans heurts ; rien de durable ne s’accomplit dans la facilité ».

  • Reconnaître que la supranationalité reposera sur des bases nationales, « Il ne s’agit pas de fusionner les Etats, de créer un super Etat. Nos Etats européens sont une réalité historique, mais il faut une cohésion, une coordination ».

  • Reconnaître l’existence d’un bien commun supranational : « Nous nous sentons solidaires dans la préservation de la paix, dans la défense contre l’agression, dans la lutte contre la misère, dans la sauvegarde de la justice et de la dignité humaine. 

  • Affirmer que les nations sont solidaires les unes des autres, mais il y a lieu de procéder par étapes pour préparer les esprits à accepter les solutions européennes : «  À toutes les tendances du passé, il faudra substituer la notion de solidarité, c’est-à-dire la conviction que le véritable intérêt de chacun consiste à reconnaître et à accepter dans la pratique l’interdépendance de tous ; l’égoïsme ne paye plus ».

  • Montrer que L’Europe, c’est la mise en œuvre d’une démocratie généralisée : « La mise en œuvre de ce vaste programme d’une démocratie généralisée trouve son épanouissement dans la construction de l’Europe ; cet ensemble européen ne devra pas rester une entreprise économique et technique ; il lui faudra une âme ».

  • Admettre que l’intégration économique ne se conçoit pas à la longue sans un minimum d’intégration politique, mais « il ne faut pas bruler les étapes ; la coopération étroite qui s’instaurera au sein des communautés européennes nous amènera à tout considérer sous l’angle de l’intérêt et de la responsabilité partagés ».

  • Il appartient à l’Europe de montrer une route nouvelle au niveau international : «  La contribution qu’une Europe organisée et vivante peut apporter à la civilisation est indispensable au maintien de relations pacifiques ».

et agir

Réflexions et propositions pour l'avenir
- Déclarations
• ME-F
○ Yannick Hoppe
○ Le manifeste

• Solidarité et responsabilité, de J. Vignon
• Au delà de la crise, l'espérance, d'Andrea Riccardi
• L'Europe, une aventure spirituelle, de J. Delors

- Ouvrages
• Qu'avons-nous fait de l'Europe, de S. Maillard
• R. Schuman et l'Europe d'aujourd'hui
• Europe : Amour ou chambre à part, de S. Goulard
• Pour l'Europe de R. Schuman
• R. Schuman, le père de l'Europe de René Lejeune

- Rapports
• Vivre ensemble au XXI siècle, Conseil de l'Europe :
○ Résumé
○ Rapport
• Europe et migrations


- Propositions
• Fondation Robert Schuman :
○ Réforme de l'Union
○ L'Europe dans la mondialisation
○ L'Europe sociale

○ L'Union politique
○ Coûts salariaux

Les initiatives et évènements
- Apprendre à vivre ensemble en Europe

- Spectacle
• Le procès de Robert Schuman

- Pétition

Les performances de l'Europe
- Commerce international
• Eurostat
○ L'UE dans le monde


Préparation des élections européennes
• Manifestations Maison de l'Europe :
○ Février
Janvier
• Manifestations Mouvement Européen
• Prix européen 2014 - Ensemble pour l'Europe


L'europhobie
• Pourquoi l'europhobie ?

Les médias et l'Europe
• La Croix
• Carton rouge Le Monde


Perspectives après les élections européennes
- Position
• du ME-F
○ Communiqué
○ Programme

• de Notre Europe
○ Nouveau président
○ Réforme

• de la Fondation Robert Schuman
○ Que changer ?







2013 - 2017 Tous droits réservés © construireensembleuneeuropefraternelle.com